Notre communauté

À la rencontre des membres de la communauté Sorbonne Université

Portrait d'Alain Fayard« J’ai plutôt tendance à avoir de la tendresse pour mes contemporains »

Cela fait dix-douze ans que je suis en bibliothèque, avant j’ai eu une autre vie, de comédien. Je la continue encore à ma façon. Écrire ou jouer du théâtre, pour moi, c’est vital. C’est une nourriture essentielle, autant qu’un bon veau marengo, ça fait partie de mon équilibre avec mon boulot à l’université.

Ici je suis formateur en recherche documentaire auprès des étudiants. Ça été beaucoup de travail car je partais de zéro, il y a un an et demi. Il a fallu que j’apprenne. On propose des formations de deux heures où on a essayé d’amener pas mal d’animations à base de jeux et d’exercices ludiques. Ça passe beaucoup mieux que de leur faire des Powerpoint hallucinants ! Ces derniers temps j’ai développé des tutorats, ça c’est vraiment intéressant : avoir entre un et cinq étudiants qui travaillent sur un sujet et les aider je trouve ça super.

J’apprécie aussi  vraiment mes collègues. Il a fallu que l’on se découvre car on est tous arrivé au même moment dans cette bibliothèque toute neuve. On a trouvé maintenant nos facilités de relations, on se respecte beaucoup. Par exemple on range tous les bouquins. Pour le rangement de bouquins il n’y a pas à savoir si l’on est A, B ou C, tout le monde s’en fout, tout le monde s’y met. Il y a une vraie solidarité. J’ai plutôt tendance à avoir de la tendresse pour mes contemporains, moi je fonctionne comme ça.

Retrouvez tous les portraits

Crédits : Sorbonne Université - P. Kitmacher

Back to Top